À LA UNE

Alors on va remettre les pendules à l’heure tout de suite. Mon petit doigt m’a dit est enregistré en Normandie. On y entend des petits Normands (c’est moins flagrant que dans la première saison, mais quand même). On est donc sur de la source fiable. Alors on se concentre : contrairement à ce qui est proclamé dans la chanson qui ouvre ce billet, ce ne sont pas des cerisiers, mais ÉVIDEMENT des pommiers (sur lesquels tombent la pluie) les arbres aux fleurs blanches et roses là.

Pour consulter les crédits et nous laisser un mot, cliquez ici

Si j’ai attendu pour publier ce billet, c’est parce que je voulais me rapprocher du 6 juin.

Je ne sais pas combien de fois ça arrive en Normandie (donc), qu’on oublie que ce jour n’est pas férié. Parce que ici, la mémoire du débarquement est bien présente. Ces enfants, ils n’ont pas eu de grands-parents pour leur transmettre cette mémoire. Pour moi, Normande aussi, c’est assez déroutant de se dire qu’ils n’ont pas toujours de témoins directs. Ils serons la première génération après la 2nde Guerre Mondiale dans cette situation. C’est d’autant plus déroutant que cette année, la Guerre est de retour en Europe.

Je débarque là, j’ai loupé les épisodes précédents, je suis effondré.e

No panic Patrick (je peux t’appeler Patrick ?). Voici quelque billet plus anciens :

Pour entendre les billets les plus vieux, rendez-vous dans les rubriques :

Mon petit doigt m’a dit, l’actualité vue du haut de trois pommes

Quand on aura 20 ans, le monde de quand il seront grands